Montreux – LE SAVIEZ-VOUS?

Cette rubrique vous renseigne sur des sujets peu connus de MONTREUX.

Paru le: 13/01/2020

Un dessin animé génial de… 1938

Un dessin animé dont tout le scénario se situe à Montreux, tourné en 1938

À voir absolument et plein écran!
Avec l’aimable autorisation de Mme Laurence Jaccottet et de la Cinémathèque suisse.

 

Une Histoire vraie, Charles Blanc-Gatti, Montreux Colorfilm, 1938. Musique: Hans Haug.

Prise de vues: R. Hofer. 35 mm, couleur, sonore, 3’05”

Film sauvegardé, restauré et conservé à la Cinémathèque suisse.

“Une histoire vraie” concentre plaisamment tous les motifs montreusiens dans ce film et les emballe dans le cadre convenu d’une romance. Cet élément, déjà présent dans la carte postale touristique du début du XXe s, figure ici avec un petit accent frondeur, swing oblige. On ne sait rien de la manière dont ce film fut entrepris: initiative propre de Blanc-Gatti, y voyant l’occasion de démontrer ses capacités à mettre sur pied une production nationale d’animation publicitaire? Commande de l’Office du tourisme pour une campagne particulière en cette fin d’année trente plutôt sombre? Peut-être les deux. Le spectateur attentif aux inscriptions, même fugace, repérera au passage qu’une des maisons sur la rive porte l’enseigne Montreux Colorfilm… C’est là, en effet, que le “peintre des sons” Charles Blanc-Gatti (Lausanne 1890-Riex 1966), fuyant la France du Front populaire, s’était installé pour y ouvrir un éphémère studio de dessins animés publicitaires (1939-1940). Il y réalisa Chromophony (1939), unique application cinématographique de ses théories sur la correspondance des sons et des images, à partir d’une toile intitulée “L’orchestre”, dont une version orne un escalier de la Maison de la radio à Lausanne. À Montreux toujours, Blanc-Gatti établit les plans d’une “Académie internationale du film”. Ce projet était associé à la tentative menée entre 1935 et 1945 de créer dans la région un vaste studio européen de cinéma., sorte de Cinecittà de la Riviera lémanique, qui aurait profité pour les extérieurs de la variété climatique qu’illustre à sa manière “Une histoire vraie”.

«Montreux Colorfilm» à Territet, c’est en là que le “peintre des sons” s’était installé pour ouvrir un studio de dessins animés publicitaires.Il y réalisa plusieurs films et établit les plans d’une «Académie internationale du film», un projet associé à la tentative menée, entre 1935 et 1945, par des notables locaux de créer dans la région un vastestudio européen de cinéma, sorte de Cinecitta de la Riviera lémanique, qui aurait profité pour les extérieurs de la variété climatique et de la beauté du site. Mais la guerre stoppa le projet qui fut abandonné en 1940. Il était prévu à Noville.