Montreux – LE SAVIEZ-VOUS?

Cette rubrique vous renseigne sur des sujets peu connus de MONTREUX.

Paru le: 08/02/2018

Le premier voyage de Claude Nobs aux USA

En 1956, Claude Nobs travaille pour l’Office du Tourisme de Montreux. Il est commandité pour une mission d’importance cruciale: aller visiter quatre hôtels de prestige en Amérique et rapporter dans ses carnets de notes les secrets du tourisme dans les colonies. «C’était mon premier voyage en avion. J’avais décidé de passer une nuit à Chicago. Je suis arrivé complètement dévasté par le décalage horaire. J’ai tout de même appelé Willie Dixon dont on m’avait donné le numéro.» Willie Dixon. Un manitou du blues, bassiste, compositeur, dont les Rolling Stones n’ont cessé de reprendre les refrains cramés.

Nobs attendait une Cadillac astiquée. Willie Dixon arrive dans une Plymouth défoncée, dont une seule des portières daigne s’ouvrir. «J’entretiens trois femmes, la voiture passe après.» Nobs s’enfile dans une tournée des clubs du South Side. «Howlin’Wolf sur la scène du premier, Muddy Waters au second et comme cela jusqu’au bout de la nuit. Dixon me servait systématiquement des whiskies. Finalement, jet lag et alcool aidant, je me suis effondré sur le parquet.» Dixon le ramène sur son dos, le pose dans son lit. Et, le lendemain, Nobs vole vers New York où il entend, par hasard, Otis Redding à l’Apollo Theater de Harlem. Ce voyage inaugural: une initiation.

(extrait du journal Le Temps, paru en 2006)